Skip to main content

Etablissement primaire de Prélaz (Lausanne, VD)

La Ville de Lausanne a débuté son premier Plan de mobilité scolaire pour l’établissement primaire de Prélaz en février 2018. Celui-ci accueille des élèves de 1H à 8H, répartis dans six collèges situés à l’ouest de la ville. Il s’étend du secteur de Prélaz à celui de Malley. Le Plan de mobilité scolaire se concentre sur les écoles situées dans le périmètre du Contrat de quartier de Prélaz-Valency.

A l’heure du bilan, le taux de retour des questionnaires a montré un fort intérêt pour la démarche. Ainsi, 78% des parents, 94% des enfants et 91% des enseignants ont pris part à l’enquête.

A la suite du bilan, une visite de terrain a eu lieu durant l’été 2018 avec la participation d’un expert en sécurité routière du bpa Bureau de prévention des accidents. A la suite de cette expertise des recommandations seront émises à l’intention de la Ville de Lausanne.

L’enquête effectuée par l’ATE permet d’identifier les habitudes de déplacement des élèves, de relever les points considérés comme dangereux et de visualiser les trajets domicile-école.

Elle a permis d’établir que 93% des enfants se rendent à pied à l’école et que les enfants les plus jeunes (4-8 ans) sont 83% à se faire accompagner par un adulte, ce taux diminue à 19% pour les 9-12 ans. Les principales raisons de l’accompagnement diffèrent quelque peu selon l’âge.

Pour les 4-8 ans la principale raison est l’âge de l’enfant, qui est considéré comme trop jeune pour faire le chemin seul par 53% des parents.

Pour les 9-12 ans, les principales raisons sont :

  • L’âge (40%)
  • Le plaisir/l’habitude (20%)
  • La dangerosité du chemin de l’école (17%)

Ces différentes raisons nous montrent bien que selon l’âge des enfants, les situations ne sont pas les mêmes et les aménagements doivent être pensés pour l’ensemble des enfants et pas seulement à partir d’un certain âge.

Le PMS vise à inscrire les questions de mobilité et les réflexions qui s’y rapportent au cœur de l’école. Tout au long du processus, une communication a été établie avec les acteurs de l’établissement, les parents et les enfants. Aucune activité pédagogique n’a été menée en classe, mais un journal d’information a été distribué aux parents de l’école. Ce dernier contenait les principaux résultats et quelques recommandations pour que le chemin de l’école se passe bien pour tous.

L’analyse des points dangereux relevés par les parents et les enseignants à l’aide d’une carte au dos des questionnaires a abouti à une visite de terrain avec un expert du bpa Bureau de prévention des accidents. C’est sur cette base que des recommandations ont été remises à la Ville de Lausanne afin de sécuriser le chemin de l’école.

Les recommandations ont notamment porté sur le marquage de traversées piétonnes, sur la visibilité des enfants piétons ou sur les vitesses de circulation.